Vous avez déjà refusé deux fois votre partenaire dans les derniers jours. Cette fois-ci, vous avez l’impression que ça ne sera pas aussi facile de refuser sans avoir à vous expliquer. Vous choisissez d’avoir une relation sexuelle un peu médiocre pour vous sauver la discussion. Et voilà, le premier pas est fait pour transformer votre vie sexuelle en une stratégie d’évitement. C’est ça, le mauvais sexe et il arrive à tous, même dans les relations amoureuses où les deux partenaires semblent avoir une bonne communication. Le mauvais sexe, c’est le sexe qu’on fait par obligation, par dépit, par pitié, pour que l’autre se taise, etc. Il y a plusieurs problèmes quand les membres d’un couple décident de continuer une relation sexuelle insatisfaisante.

Sexe par pitié

C’est une situation particulièrement fréquente lorsque les deux partenaires n’ont pas le même niveau de désir et ne sont pas parvenus à trouver un équilibre sain.

Avoir du sexe par pitié, ça implique d’offrir de la sexualité à son partenaire pour éviter un conflit, pour fuir une discussion, pour que l’autre arrête de se plaindre, pour éviter que l’autre vous quitte, pour rassurer l’autre… Le sexe par pitié n’est pas très loin de remporter la palme du mauvais sexe. C’est surtout celui le plus fréquent dans les couple à long terme. Il n’est pas agréable ni à donner, ni à recevoir.

Pourquoi donner et recevoir quelque chose qu’on ne veut pas?

Dans ces situations, la personne qui n’a pas envie d’avoir la relation sexuelle peut être passive, désintéressée de la relation sexuelle. C’est l’impression d’être un objet, une poupée gonflable, de faire l’étoile, de faire sa liste d’épicerie. C’est ce qui se passe quand la personne souhaite tout bas ou tout haut  » Pourvu qu’il/elle vienne vite! ».

La plupart du temps, l’autre partenaire va s’en rendre compte, mais va l’ignorer délibérément parce que c’est trop douloureux pour leur estime de soi. Ce partenaire est le plus souvent celui qui a le plus de désir. Quand ce partenaire décide de continuer, il peut se dire que « si c’est juste ça que je peux avoir, je vais le prendre quand même! ». Pensez-y un instant, si vous êtes prêt à accepter que l’autre vous offre le pire sexe de votre vie, pourquoi devrait-il y mettre le moindre effort?

Non seulement cette croyance est un manque de respect pour vous-même et votre partenaire, mais cela contribue à vous rendre indésirable. Comment désirer quelqu’un qui peut nous faire sentir comme un objet dans le sexe? En plus, un objet est facilement remplaçable. Le partenaire qui a le moins de désir peut douter de l’amour de son partenaire, ne pas se sentir désirable et ne pas désirer le sexe, qui assurément sera du mauvais sexe.

mauvais sexe 2 chat

 

Sexe pour la morale

La sexualité est remplie de tabous et de secrets, ce qui contribue à déformer la réalité. Quand on parle de la sexualité des couples, on retrouve inévitablement des fausses croyances qui prennent la place de la spontanéité et des désirs. En voici un exemple, les couples peuvent passer au lit comme on prend un médicament. La sexualité est une « bonne chose » pour la santé du couple. Et si le sirop est amer, il faut tout de même le boire.  Quelques fausses croyances sur le sexe:

Lesquelles de ces fausses croyances véhiculez-vous? Ces croyances sont très fréquente chez les couples qui ne savent pas comment gérer le rejet par rapport à la sexualité. Ils croient que le sexe leur ait dû ou que cela est la tâche du partenaire parce qu’ils sont un couple. Dans d’autres moments, c’est pour se protéger de ce rejet qu’ils vont rationaliser, expliquer, comprendre, justifier les raisons pour lesquelles il n’y a plus de désir.

Pour en finir avec le mauvais sexe

Tout d’abord, il faut commencer à refuser d’avoir une sexualité qui tente de réparer partiellement le malaise ou la difficulté qui surgit dans le couple. Refuser du mauvais sexe, c’est s’offrir la possibilité d’en avoir du bon!

En ayant du mauvais sexe, on peut se retrouver dans une homéostasie non productive. C’est-à-dire qu’on reste au même point dans une situation où personne n’est gagnant. On s’accroche à nos habitudes, même si on sait qu’elles ne nous permettent pas de régler notre problème. Avec une telle attitude, on s’assure que la situation ne change pas.

Par contre, avoir du mauvais sexe ce n’est pas signe que c’est la fin de votre vie sexuelle. C’est plutôt le signe que quelque chose doit changer. Il faut approcher le problème différemment. Voici quelques pistes en vrac pour changer la dynamique:

  • Ayez le courage de communiquer vos préférences sexuelles ou vos insatisfactions sexuelles
  • Si vous ne connaissez pas vos préférences sexuelles, découvrez les.
  • Soyez à l’écoute de l’autre et acceptez ses limites
  • Cherchez des solutions gagnant-gagnant
  • Laissez-vous aller dans la sexualité et dépassez votre peur d’être jugé
  • Ne prenez pas votre partenaire pour acquis
  • Sortez de votre zone de confort
  • Réfléchissez avant de dire non à la sexualité. Est-ce une réponse automatique?
  • Introduisez le jeu dans la séduction et dans le sexe

Choisissez une de ces suggestions et faites en l’essai dès cette semaine. Et si ça ne marche pas? Rien ne vous empêche de réessayer, ça ne peut pas toujours marcher du premier coup. Ne retournez pas à vos vieilles habitudes, essayer une autre méthode.

Comments

comments

Author Julie-Édith Gauthier

Julie-Édith c’est La Sexologue. Elle étudie la sexualité humaine à l’université pendant 6 ans. Passionnée des enjeux sur le genre et l’identité sexuelle, le désir, la dépendance sexuelle et l’imaginaire érotique.
Elle est aussi psychothérapeute.

More posts by Julie-Édith Gauthier

Leave a Reply